Fin de l'exclusivité Orange sur l'iPhone en France

iPhone_mini
Suite à la plainte de Bouygues Télécom, le Conseil de la Concurrence vient d'annoncer avoir cassé, "à titre conservatoire", l'exclusivité d'Orange sur la vente de l'iPhone, initiée à sa sortie en France en novembre 2007, soit un peu plus d'an après.

La période négociée par Apple et Orange était de 5 ans, potentiellement interrompue par Apple au bout de 3 ans. Mais le Conseil de la Concurrence a considéré que cette exclusivité était un frein à la concurrence et donc nuisible au consommateur (encore lui), et qu'en cette période de crise, la possibilité pour d'autres opérateurs de pouvoir proposer également l'iPhone pourrait relancer l'activité sur le marché de la téléphonie mobile. Cette décision prend effet aussitôt après sa notification, mais il n'est pas dit qu'Orange ne fasse pas appel et fasse ainsi traîner jusqu'à la décision finale.

Bien sûr, il n'est en rien dit que les prix vont baisser pour tout le monde ou bien que chaque opérateur souhaitant faire fonctionner l'iPhone sur son réseau pourra proposer une qualité de service satisfaisante, mais c'est quand même un avancement pour tout le monde, et notamment pour ceux comme moi, qui sont restés sceptiques au changement forcé de réseau...

Mise à jour : Orange a fait appel de cette décision.

Wifi gratuit à Paris : Orange mauvais perdante ?

wifi
La mairie de Paris avait lancé un appel d'offre dans le cadre de son projet pour équiper la ville de 262 points d'accès wifi gratuits dans divers lieux publics. Ayant répondu à cet appel d'offre, la société Orange (ex-Wanadoo), n'a pas obtenu le marché, qui a été remporté par son concurrent SFR.
Aujourd'hui, Orange lance une action juridique contre ce projet qu'elle juge contraire à l'article L.1425-1 du code général des collectivités territoriales, qui interdit à une commune de fournir des services de télécommunication à l'utilisateur final, sauf s'il est constaté « une insuffisance d'initiatives privées propre à satisfaire les besoins », ce qui n'est effectivement pas le cas.

On pourrait, à premier lieu, être d'accord avec la société Orange, s'il n'apparaissait pas que :
1. Orange propose déjà un service payant extrêmement onéreux (2h d'utilisation pour 12 euros) d'accès à ses propres points d'accès, basé sur 2 250 points d'accès (hotspots),
2. Orange a accepté comme les autres de répondre à l'appel d'offre, en connaissance de cause,
3. Orange ne s'est opposé à ce projet que lorsqu'elle a perdu l'appel d'offre, remporté par son concurrent,
4. Orange argumente que cette loi « protège les citoyens » alors que l'offre d'Orange est tout simplement scandaleuse au vu des tarifs proposés,
5. la mairie a consulté dès le début l'Arcep qui ne s'est pas opposée au projet,
6. Même s'il est gratuit, ce projet est quand même financé par les parisiens et les habitants de la région Ile-de-France, et rémunère des sociétés privées (Alcatel Lucent et SFR).

On peut donc clairement penser qu'Orange est une société de mauvaise foi qui, voyant qu'elle perd un marché, fait appel à la loi et que c'est elle qui fait de l'anti-concurrence, ce dont elle accuse la mairie de Paris. Sans compter qu'au niveau tarif, Orange se fout vraiment de ses clients, qu'elle considère tout bonnement comme des vaches à lait... On peut à mon avis considérer que l'insuffisance en terme de concurrence est là, car il n'existe aucune alternative qui laisse réellement le choix aux parisiens pour se connecter à Internet via le wifi dans la capitale, à un prix raisonnable.
Source : ZDNet News.