Non aux racketiciels !

racketiciel
On a les logiciels, les partagiciels, les graticiels et maintenant... les racketiciels. Ce mot ne désigne pas un type de logiciel mais plutôt une méthode constitant en la vente forcée de logiciels avec du matériel informatique. Concrétement : tout ordinateur vendu est aujourd'hui livré avec une panoplie de logiciels non forcément désirés. Ceci inclut le système d'exploitation, autrement dit le logiciel de base de l'ordinateur, mais aussi certains programmes de tierce partie, comme des logiciels de gravure, des jeux, etc.

Aujourd'hui les associations pour la défense du logiciel libre et les associations de consommateurs se battent pour obtenir le droit d'acheter des ordinateurs sans logiciel imposé (par ex : MS-Windows), car ils considèrent à juste titre que ces logiciels annoncés comme « offerts » sont en réalité vendus de force à cause d'un accord entre le constructeur et l'éditeur du logiciel. Bien que certains constructeurs ou revendeurs proposent l'optionnalité du système d'exploitation (aucun système installé ou bien Linux installé en lieu et place de Windows) l'AFUL a lancé une pétition visant à faire admettre par l'ensemble des contructeurs et revendeurs d'ordinateur le droit à acheter une machine sans logiciel, et à ne pas se voir imposer des logiciels comme Windows. Le site de la pétition se trouve sur www.racketiciel.info.

Fin du procès SCO contre le monde Linux

standard_tux(linux)_gosseyn
Le 10 août dernier a eu lieu la conclusion d'un procès engagé depuis 4 ans par The SCO Group inc contre IBM et Novell, et à travers elle contre le système d'exploitation Linux, sur lequel SCO clamait des droits, accusant les développeurs de Linux d'utiliser du code source appartenant à SCO.

The SCO Group vient de perdre son procès contre Novell, qui comme d'autres sociétés, participe au développement et à la distribution du noyau Linux.
Si l'issue du procès a démontré que Linux ne contenait, contrairement aux accusations de SCO, aucun code Unix sous license, il a été en outre fixé que les droits liés à UNIX et Unixware n'appartiennent pas à SCO mais à Novell, qui comme IBM participe au noyau Linux dans le respect de son fonctionnement « open source ».

Il s'agit donc de la fin d'une procédure de 4 ans engagée par SCO dans le but évident de faire pression sur les petites entreprises (RedHat) et grosses entreprises faisant commerce de Linux (IBM, Novell, etc.) pour qu'elle lui verse de l'argent pour ce qu'elle croit lui appartenir. Certaines sociétés (HP) ont cédé et versé des licences à SCO et d'autres se sont retournées contre elle (RedHat).

C'est une bonne nouvelle pour le monde Linux qui ne semble plus rien avoir à craindre de SCO et peut continuer à travailler tranquille.

Le résumé sur Wikipedia.
La source et les commentaires sur LinuxFR.org

Ecouter Radio-France en direct dans iTunes

RadioFrance logo (fond bleu)
L'Ecoute des radios du service public par Internet en flux continu a ces dernières années été un problème pour les utilisateurs de systèmes alternatifs (non-Windows). Au début, le site web de Radio France diffusait dans 3 formats différents (Real audio, Quicktime et Windows Media) et cela satisfaisait la plupart des gens, même si chacun de ces formats était propriétaire.

Les choses se sont gâtées lorsque Radio-France a décidé de ne plus diffuser qu'en un seul format : WMA, le format de Microsoft, rendant accessible l'écoute aux seuls utilisateurs de PC avec Windows, et aux utilisateurs Mac dans une moindre mesure, car il fallait installer un programme Microsoft pour y arriver. De nombreux messages de protestations sont arrivés sur le site de Radio-France se plaignant de la suppression de la diversité des formats, et proposant que le choix du passage à un format unique se fasse sur un format "libre" et accessible à tout le monde (Windows, Linux, Mac), comme le format Ogg Vorbis. Radio France a d'abord fait la sourde oreille puis proposé en alternative une diffusion test en format Ogg (dans un menu bien dissimulé sur leur site). Mais la qualité de diffusion n'était pas sensationnelle.

Après l'épisode de la diffusion par podcast utilisant le format MP3, Radio-France s'ouvrait un peu plus aux utilisateurs "alternatifs". C'est donc avec bonheur que j'ai découvert il y a quelques temps sur le site de Radio-France, que la diffusion était désormais proposé en flux MP3, format propriétaire mais plébiscité par la majorité des utilisateurs, et très répandu toutes plateformes confondues. Ce format s'écoute sans problème sous Windows (Winamp), Linux et sur Mac, grâce notamment au programme iTunes, incontournable. Il est en effet très facile de télécharger sur le site de Radio France le fichier correspondant à sa radio préférée, et de le copier dans iTunes (créer une liste de lecture "Radio-France" au préalable afin de l'y ranger). Il suffit ensuite de double-cliquer sur le nom de la radio dans iTunes pour l'écouter en direct.